Genèse et perspective des communautés de pratique

 

La revue de l’université 8 en sciences de l’éducation : « Pratiques de formation. Analyses » sous la direction de Le GRAND J.-L., VERRIER, C,  a publié une synthèse rare et difficilement disponible en langue française du paradigme des Communauté de Pratique élaboré par M. Etienne Wenger et Mme Jean Lave, son histoire et les évolutions de leurs travaux. Le numéro est accompagné d’un interview d’Etienne Wenger parVincent Berry, Maître de conférences à l’Université Paris XIII que nous reproduisons ici pour l’intérêt des échanges et la clarté des définitions de la notion de communautés de Pratique.

Le numéro inclut également des articles de Philippe Astier, Paul Olry, Anne-Lise Ulmann.

Entretien

Entretien avec Etienne Wenger [1]

Nous pourrions commencer cet entretien en évoquant la genèse de vos théories sur l’apprentissage. L’analyse que vous développez avec Jean Lave dans Situated learning consiste à présenter l’apprentissage comme un processus de participation légitime périphérique à ce que vous appelez des communautés de pratique.

En fait, la notion de participation légitime périphérique a précédé la notion de communautés de pratique. Avec Jean Lave, nous avions commencé à étudier des formes l’apprentissages, au sens d’ apprenticeship, des formes d’apprentissages traditionnels, et nous avions observé que, dans le cadre de ces formes d’apprentissage, vous n’aviez pas simplement une relation avec un maître, Comme on pense souvent l’apprentissage, mais vous aviez une relation avec d’autres apprentis autour du maitre formant une communauté qui propose une sorte de curriculum vivant et qui est dans le monde social. Les nouveaux venus commençaient d’abord à être à la périphérie de la communauté, puis, au cours de leur apprentissage, devenaient des membres à part entière, On a appelé ça une communauté de pratique, c’est un concept qui fonctionnait bien pour analyser ce type d’apprentissage et c’est comme ça que le concept est né.

Lire la suite